Meilleur piano
Yamaha DX7

Tout savoir sur le piano Yamaha DX7 : test et avis

Il n’y a pas de doute sur le succès du piano Yamaha DX7, un modèle qui frôle de près la perfection.

Ce piano de Yamaha est doté d’une richesse musicale incomparable ayant la capacité de générer des sons puissants et précis. Doux à l’oreille tel un piano acoustique, le piano DX7 ne manque pas de notoriété dans le monde des grands artistes, à savoir David Bowie, Stevie Wonder, Sun Ra, les Commodores, Wham!, Sting, Madonna, et de nombreux autres artistes.

Nos artistes français ne s’en privent aussi pas, notre homme à tubes, Jean-Jacques Goldman, est un adepte du DX7, aussi bien sur scène qu’en studio. Le choix du Yamaha DX7 par ces différentes légendes de la musique prouve que ce dernier a fait ses preuves et a réussi à offrir à ces artistes la qualité qu’ils recherchait pour pouvoir donner le meilleur d’eux même sur scène.

Yamaha DX7 – Notre avis

Le Yamaha DX7 constitue une valeur sur sa robustesse garantie, sa résistance et son endurance. Il est logique qu’en tournée, aucun artiste n’opte pour le piano purement esthétique plutôt que le piano le plus fiable et le plus performant.

Le succès des sons d’usine a eu son essor aujourd’hui et il n’est plus en vogue. La raison de leur succès est assez simple, Il faut savoir qu’à cette époque l’analogique n’était pas en position incapable de produire des sons avec des harmoniques distincts. On comprend tout de suite que la FM a tout de suite volé les lumières. Il n’y a heureusement aucune possibilité de retour en arrière, on nous a habitué a une qualité de synthèse sonore irréprochable.

L’interface du Yamaha DX7 peut parfois sembler désagréable au début, mais on finit par connaître par cœur l’organigramme. En effet, c’est un challenge qui finira par renforcer vos performances en rapidité d’édition d’un son.

Il y’a toujours un certain plaisir à maîtriser quelque chose, plus on y met du temps plus on en est fier. La virtuosité est le début de toute créativité artistique, ainsi à force de pratiquer, l’organisation d’un Yamaha DX7 n’aura plus de secret pour vous, et ça vous prendra de moins en moins de temps, comme vous vous y prendrez de manière rapide et perspicace.

Quant à la manipulation de l’instrument, elle ne présente pas spécialement de difficulté. Le clavier du Yamaha DX7 est irréprochable, très souple et réactif, avec un After Touch graduel, rien à dire, il ne pourra que vous satisfaire. L’entrée Breath Controler permet à son tour une grande expressivité.

Yamaha DX7 – Description technique

Le Yamaha DX7 est monotimbral et a une polyphonie de 16 notes. Il dispose de 32 algorithmes de synthèse basés sur 6 oscillateurs sinusoïdaux, à la fois porteurs et modulateurs. Chaque oscillateur est capable de réinjecter son propre signal en entrée. Des enveloppes complexes modifient le taux de modulation FM permettant la création de sons évolutifs très riches.

Ce piano de Yamaha dispose de prises MIDI. les cartouches mémoires sont présent en compagnie, des éditeurs sur ordinateurs pour vous permettre d’avoir accès à une énorme réserve de patchs. Le DX7 permet de monter des cartes d’extensions qui ajoutaient non seulement de la mémoire, mais également de nouveaux atouts comme un arpégiateur, un mini-séquenceur ou un éditeur simplifié.

Pour rendre l’appareil encore plus souple et maniable, son interface est conçue de manière très austère (boutons à membrane), qui n’engage pas à la programmation personnelle de sons, mais qui est dotée de nombreuses cartouches mémoires ainsi que des éditeurs sur ordinateurs qui permettent eux-mêmes d’avoir accès à une très grosse bibliothèque de patchs.

Il était possible de monter des cartes d’extensions (Max, E!) qui ajoutaient outre de la mémoire de nouvelles fonctionnalités comme un arpégiateur, un mini-séquenceur ou un éditeur simplifié. La société Allemande Jellinghaus a créé en 1987 un programmeur destiné au DX7 doté de 150 potentiomètres.

Des pianos Yamaha à découvrir également :

Yamaha P-115
Yamaha P-255
Yamaha Clavinova

Yamaha DX7 – Des fonctions agréables

Les sons sont très agréables et originaux. Avec le yamaha DX-7, vous obtiendrez les meilleurs sons métalliques et certainement les plus percutants. C’est d’ailleurs de là qu’il procure son énorme succès. Il est le maître des sonorités métalliques.

Yamaha DX – Une gamme innovante

Lors de l’élaboration du prototype de la gamme DX, Un problème de dimensions resurgissait. Il semblait difficile de faire tenir le volume de deux gigantesques baies dans un coffret compact portable.

Les constructeurs de Yamaha ont après de longs efforts finit par élaborer une solution, et sont donc arrivés à réduire une bonne partie de l’électronique dans deux circuits à grande intégration.

Sans cette nouveauté du Yamaha DX, l’instrument aurait été intransportable. Yamaha a battu son record avec un piano qui ne pèsera que 14,2 kg.

Mode de fonctionnement des opérateurs et des algorithmes

Le Yamaha DX7 remplace les générateurs commandés en tension par des opérateurs pour générer les sons. Un opérateur produit une onde sinusoïdale qui peut être utilisée seule ou combinée avec d’autres. La combinaison de plusieurs opérateurs constitue un algorithme.

Le DX7 possède 6 opérateurs et 32 algorithmes de combinaison. Chaque algorithme contient des opérateurs qui peuvent être mis en ou hors service. Les opérateurs peuvent être regroupés horizontalement ou verticalement. La complexité des formes d’ondes s’accentue suite à la présence de la modulation des fréquences qui sont synthétisées numériquement.

Yamaha DX7 – Les différentes versions du DX7

Apres le succès du Yamaha DX7, d’autres modèles l’ont succédé dont le DX7s qui apportait des nouveautés importantes (boutons, implémentation MIDI,…). Le DX7-II, est certainement le plus célèbre, il a amélioré la qualité sonore (16 bits) et est multitimbral à 2 voix.

Des modèles relativement chers ont été conçus composés de 2 DX7, les DX5 et DX1. Des versions simplifiées (DX27, DX100, DX9) ou en rack (TX7, TX-802 ce dernier étant le rack du DX7-II) complètent la gamme qui continuera de se mouvoir jusqu’au milieu des années 1990 avec la série SY.

Cette évolution s’arrêtera en 1998 avec le petit modèle en rack (FS1R) possédant deux fois 8 opérateurs par voix, un mode de synthèse par formants, et des filtres numériques.

– Yamaha DX7
– Yamaha DX7II : splitable
– Yamaha DX7s
– Yamaha DX7IID : 64 mémoires
– Yamaha DX7IIFD : un DX7II avec lecteur de disquette
– Yamaha DX-7 Centenniel : pour le centenaire de Yamaha – 300 exemplaires

Yamaha DX7 – Un synthétiseur indéfectible

Le DX7 ne dépend pas de circuits spécialisés comme les synthétiseurs analogiques, où la qualité du filtrage dépend des composants utilisés. Cependant, on peut parler de « grain » particulier pour qualifier le son du premier DX7, les convertisseurs 12 bits de sortie génèrent un son relativement granuleux.

Aujourd’hui, une version virtuelle du Yamaha DX7 est commercialisée sous le nom FM7 et ayant récemment évoluée en FM8 par la société allemande Native Instruments, apportant énormément d’améliorations, qualité du son 32 bits, effets, filtres, etc, compatible DX7.

Yamaha a commercialisé en 2001 deux synthétiseurs intégrant un moteur de synthèse FM DX, le rack FS1-R et le boîtier « Loop Factory » DX200. La marque commercialise actuellement la PLG150-DX qui est une carte d’extensions ajoutant la synthèse, les sons et la polyphonie des Yamaha DX7 pour les synthétiseurs Yamaha CS6X, S90 et la série des Yamaha Motif et Motif ES. Le DX7 a de beaux jours devant lui.

Yamaha DX7 – Une Programmation inhabituelle

A la fin des années 1970, Yamaha a cartonné dans la production et la commercialisation des synthétiseurs analogiques classique. Toutefois, la série DX des années 1980 était entièrement numérique.

Dès sa sortie, le DX7 fut le pilastre essentiel d’une véritable révolution des instruments électroniques. Les raisons majeures de son succès sont essentiellement la précision et la pureté du son qu’il génère, se démarquant des synthétiseurs analogiques qui étaient présents en masse sur le marché, son prix de vente abordable et sa résistance en font l’instrument parfait pour la scène.

Le DX7 est majoritairement connu pour ses sons de piano électrique, de basses, de cloches et, plus généralement, de percussions métalliques. Ces sons cartonnent dans l’univers des sons de la musique pop.

La programmation du DX7 est complètement différente de ce qui se faisait jusqu’à lors dans les synthétiseurs de l’époque, à base d’oscillateurs, de filtres et d’enveloppe ADSR.

La grande nouveauté des DX Yamaha est bien les réglages de fréquence par rangs harmoniques. Ainsi, généralement les utilisateurs des Yamaha DX exploitent leur réflexion de façon entièrement différente des utilisateurs de synthétiseurs analogique ordinaires, et en conséquence, moduler un rang 1 par un rang 1 leur offre la possibilité de jouir d’une large gamme de sons totalement différents de ceux permis par la modulation d’un rang 1 par un rang 2.

D’autre part, le renversement de la modulation, rang 2 modulé par rang 1, ouvre accès à une différente gamme de sons. Les DX ont la capacité de travailler sur une trentaine de rangs, indépendamment pour chacun des 6 opérateurs, et les 32 algorithmes sont autant de combinaisons différentes entre eux.

Cette nouveauté n’a pas tout de suite était digérée par les utilisateurs ayant l’habitude de retrouver 2 oscillateurs réglables par octaves de 16′ à 2′ comme sur un orgue. La programmation de la FM algorithmique s’est toutefois éclaircie avec l’arrivée de FM7/8.

Notre verdict

Le Yamaha DX-7 est un piano légendaire fiable et résistant, c’est un piano qui a su se démarquer des pianos numériques sur le marché. Du fait que tout artiste rêve d’être unique, et de développer une certaine emprunte artistique, on constate que l’originalité des sonorités du Yamaha DX7 vous offre cette possibilité.

Aussi, le clavier souple et réactif vous permet de jouer aisément, étant donné que le problème que l’on croise souvent se rapporte aux claviers, le Yamaha DX7 vous garanti un clavier solide et résistant. Ce piano fait d’ailleurs un bon clavier maître, toutefois sa vélocité est limitée à 100, ce qui peut nécessiter de passer par un logiciel de gestion MIDI comme MIDIOX pour atteindre le 127.

Si vous n’êtes toujours pas satisfait, il existe des cartes d’extension « DX Max » et « Super Max » qui vous apporteront des fonctions supplémentaires. La DX Max : 8 banques de 32 sons et la possibilité d’empiler 4 oscillateurs pour épaissir le son. La Super Max apporte en plus un arpégiateur, 8 banques supplémentaires.

Si toutefois vous trouvez l’apprentissage de la FM désagréable, sachez qu’il existe des milliers de prestes pour DX-7 trouvables très facilement et gratuitement sur le net. De quoi vous satisfaire, et trouver le son qui vous convient le plus.

Enfin, le DX-7 a connu plusieurs évolutions. Outre des versions rack, les DX-7 II, DX-7 IID et DX-7 IIF apportent des évolutions intéressantes, mais se trouvent généralement à des prix qui ne me semblent pas si intéressants que le Yamaha DX7.

1 commentaire